Un synchronisme environnemental pour activer la croissance

La toute nouvelle directrice générale du paiement de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé un « accord écologique européen » et la Commission a également affirmé que l’Europe devait établir un nouveau modèle de croissance pour atteindre la neutralité environnementale. Néanmoins, le regard minimal de la Commission sur la «productivité» ignore la vérité selon laquelle l’augmentation de la productivité du travail peut augmenter les émissions et augmenter le réchauffement climatique. À titre d’alternative, cette ligne fait valoir qu’un paquet respectueux de l’environnement axé sur le bien-être doit se concentrer sur la source d’informations ainsi que sur la productivité, sans augmenter la productivité du travail. La toute nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré un «accord vert européen» comme son concept pour obtenir un nouveau plan. Cela fait sensation: il promet de renforcer la dynamique financière et de lutter contre le changement climatique, en utilisant ses conséquences de plus en plus visibles pour de nombreuses et surtout graves pour les moins favorisés. Le Green Deal organisé, qui facilite le bien-être, est en fait un dispositif de coordination et un programme unificateur pour les lieux des autres membres. Sa mise en œuvre exige des réformes financières en retard et des actions modifiées de la part des politiciens et des résidents. Cependant, le prochain sommet sur l’environnement à Glasgow exigera une bien meilleure préparation par rapport à celui de Madrid en décembre 2019. Le semestre occidental en tant qu’outil d’exécution des plans Au départ, il semble que la bureaucratie de la Commission européenne ait compris cela. Dans une récente conversation pour le Parlement intitulée «Stratégie de progrès annuel durable» (paiement de la Commission européenne 2010, 2019), la croissance monétaire est déclarée sans résultat seule; il est en fait affirmé que l’Europe doit créer un nouveau modèle de croissance dans le sens de ses aspirations à atteindre la neutralité climatique, et que ce doit être la tâche du semestre occidental – l’école fournissant des orientations économiques une fois par an – de suivre de cette nouvelle stratégie ainsi que son exécution au sein des pays membres. Cependant, ce qui vient après semble vraiment dépassé et détruira définitivement tous les alter créés. La principale préoccupation est l’utilisation non critique de la perception de la «productivité», qui domine ce qui devrait être une technique de progrès durable. L’engouement à long terme de la baisse du développement de la productivité est gravé depuis le cœur des enjeux occidentaux. Le document indique que l’Union européenne exige un changement de communauté en fonction des objectifs quadruples d’efficacité, d’équilibre, d’équité et d’atmosphère, mais il utilise le terme «productivité» au moins dix fois sans le définir ou un minimum admettant qu’il existe des types d’efficacité extrêmement divers. Les composantes d’une plus grande productivité Nous allons essayer de combler cet écart. La productivité indique une productivité beaucoup plus élevée pour chaque entrée. Nous mettons de côté la façon dont la production est évaluée, car cela peut être un travail pour les professionnels. Mais ce qui est primordial, c’est que la productivité peut être considérée comme plus de production par personnel, beaucoup plus de productivité par achat de fonds, ou encore plus de productivité pour chaque puissance et source d’information. Toutes ces productivités partielles, plus une récurrente qui est censée devenir l’impact dans la méthode d’avancement, génèrent une «productivité totale des facteurs». Mettons également de côté les fonds de l’élément qui sont à nouveau difficiles à calculer (bien que des lignes directrices existent). Cependant, dans cette interaction, la productivité est implicitement comprise pour obtenir l’augmentation de la production pour chaque personnel, ce qui est un aspect partiel de la productivité du travail. Cette expression a été au cœur de la couverture au cours des dernières générations, et elle continue également de préoccuper la pensée de professionnels mal dirigés au sein de la Commission occidentale. Ils ne comprennent pas ses avantages et ses inconvénients, en particulier lorsque l’augmentation de la productivité du travail est plus importante que l’efficacité de la source. L’avantage de l’augmentation de la productivité du travail est qu’elle pourrait entraîner plus de temps libre et, si cela n’est pas apprécié, elle permet une production plus élevée et un meilleur salaire. Néanmoins, son inconvénient est que s’il n’est pas associé à une efficacité accrue de la source, une production plus élevée augmentera les émissions et accélérera le réchauffement climatique. Ce qui est un facteur renforçant la nécessité de la croissance, si le chômage n’est pas négligeable. D’un autre côté, la croissance de la production pour chaque source d’information fournit une production plus élevée sans polluants plus élevés (Aiginger et Rodrik 2020). Si ce type de «gentil cousin» de la productivité du travail est suffisamment fort, nous sommes en mesure de profiter de l’augmentation du salaire et du bien-être tout en réduisant les polluants, ce que l’on peut appeler le «découplage absolu». Les objectifs de l’Accord de Paris nécessitent un découplage sérieux. Sans une productivité à la source très croissante, une production plus élevée sapera la lutte contre le réchauffement climatique.