Survivre quand on est perdu dans la nature

Il y a encore 2 heures de soleil, suffisamment de temps pour vraiment revenir au camp, à condition qu’il puisse penser que c’est le cas. Jason Rasmussen force via une section supplémentaire de nettoyage, à la recherche de sa tente et de ses fournitures. Il doit avoir traversé son camp il y a des heures. Au lieu de cela, il fait de la randonnée depuis juste avant midi. Il est presque 4. Au moins, la pluie n’a pas repris, pense-t-il. Il traverse une autre épaisse zone de forêt, souhaitant trouver la longue étendue hors de l’eau, le lac mince à l’extrémité nord duquel il a campé. S’il parvient à la trouver, il pourra retrouver sa tente. S’il est capable de placer sa tente, il peut allumer un feu, se libérer de ces vêtements mouillés et aussi avoir quelque chose à manger. À ce moment-là, ils savent que les repas lui permettront de se sentir beaucoup mieux. Il peut actuellement déguster la volaille teriyaki gastronomique lyophilisée. Et si je ne découvre pas la tente? Il ne se laisse pas considérer la dévastation. Ils savent qu’il est vraiment insensé de se châtier pour ne pas avoir emballé des allumettes dans sa ceinture, avec les craquelins, le thon, le sifflet et la lame. Idiot, pense-t-il, avant de pouvoir étouffer l’idée. Il fait une pause, ouvre sa ceinture et fouille de nouveau son contenu. Il tapote son manteau et les poches de son pantalon, juste pour être sûr. Pas de costumes. Bushwhacking dans les bois humides l’a laissé trempé et froid. Mais s’il découvre le lac. . . . 20 mètres en avant, il reconnaît l’éclairage. Il y a une pause dans la limite des arbres! Ils ont enfin découvert cette étendue d’eau cachée. Il s’accorde un bref moment d’espoir. Il force à travers le bord de la brosse. Un sentiment d’implication divine, de délivrance commence à l’envahir. Il peut pratiquement vraiment sentir la chaleur de son feu. Il jaillit du mur forestier et le voit: une tourbière supplémentaire. Il est stupéfait. Il le regarde, se demandant quand ce n’est qu’un rêve. Un cauchemar. Sa 3ème tourbière en 2 jours! Il apparaît sur toute sa surface. Celui-ci semble plus fort que les deux qu’il a croisés hier soir. Et c’est plus étroit. Il semble rester, mais la surface plane et sans arbres de la tourbière s’étend aussi loin qu’il est capable de voir. Il regarde vers la droite et reconnaît le même écart interminable. Il n’y a absolument aucun moyen qu’il puisse s’y promener. Pourtant, il semble sûr que juste au-delà de cette tourbière, il fera l’expérience du lac – son lac – qui s’étend avant son campement comme un large boulevard clair. Mais les tourbières sont dangereuses. Jason Rasmussen n’est pas un randonneur expérimenté dans la nature, mais ils le savent. Les tourbières sont des masses de plantes flottantes, des rivières et des îles de bosses de pelouse planant. Ils peuvent être ancrés dans des zones, stage de survie Valence ardèche donnant au sol une apparence d’entreprise. Vous pouvez poser vos pieds sur ce qui semble être un sol solide. Et cela peut sembler fort. Cependant, lorsque vous lui donnez tout votre poids, la mince surface végétale peut soudainement bâiller et se désintégrer, et vous pouvez tomber comme un rocher et rouler dans n’importe quelle profondeur d’eau située en dessous. Jason envisage la rupture inattendue, le plongeon, la sensation d’apesanteur de tout son corps parce qu’il tombe dans l’eau potable froide – n’entrant pas en contact avec les coups de pied vers la surface alors qu’il regarde au poignet la dernière lueur du soleil disparaître parmi la lèvre de sphaigne qui ferme surface. Se produire, il se rattrape. Mettez la main sur vous-même. Qu’est-ce qui se passe avec la négativité? Il se souvient du succès d’hier dans la tourbière. Et Jason sait qu’il doit passer par là. Il n’y a pas d’autre moyen. Ils connaissent son lac, son campement et ses matériaux de relaxation juste après la prochaine augmentation. Il peut vraiment le sentir. Et l’après-midi avance. Il ou elle est froid, mouillé, épuisé et affamé. Les mouvements Tootsie qu’il a consommés il y a plus d’une heure ont fait de petits pour calmer le grognement de son estomac. Il demande un chèque adhérer. Il ramasse une longue branche de mélèze laricin et la taille jusqu’à un solide poteau de cinq pieds. Il fait son premier pas en poussant la pelouse et la fougère de la tourbière. Cela donne, mais à peine. Il agit dessus. Il conserve. Tout au long de l’écart de 20 pieds, il est capable de voir de nombreuses marques de poche pleines d’eau noire. Mais il est également capable de voir un certain nombre de points d’ancrage probables à travers le labyrinthe en nid d’abeille. Il force sa barre de contrôle devant. Il trouve une autre société et marche dessus. Cela donne, mais tient. Il continue à traverser la tourbière, en effectuant d’abord des essais avec sa longue perche. Deux fois les gros employés rompent avec la surface herbeuse. Chaque fois qu’il fait marche arrière, il sélectionne les itinéraires locaux de modification vers la gauche et après cela, il recherche un sol plus solide. Les deux fois, il avance. Enfin, il vient à l’intérieur de 7 pieds du bord de manière significative. Trop loin pour sauter. Il pousse le poteau vers l’avant, filtrant, sondant la surface emmêlée. Il conserve. Il se rend compte qu’il peut sauter de sa place actuelle, planter un pied sur le patch solide et réduire la distance entre ce monticule ainsi que l’avantage de la tourbière d’un pas fort.