Suivre les performances à la lumière du socle européen des droits sociaux

Le socle européen des droits sociaux proclamé le 17 novembre 2017 par le Parlement européen, le Conseil et la Commission européenne énonce 20 principes et droits essentiels dont les citoyens doivent bénéficier dans l’UE. Étant donné les conséquences de la crise et l’évolution de la société qu’entraînent le vieillissement de la population, le progrès technologique et les nouveaux modes de travail, ce socle doit guider la relance du processus de convergence vers de meilleures conditions de vie et de travail. Les résultats de la France au regard des indicateurs du tableau de bord qui accompagne le socle européen des droits sociaux sont relativement bons. Cependant, un certain nombre de problèmes demeurent en ce qui concerne l’égalité des chances et le fonctionnement du marché du travail. Le système éducatif français peine à assurer l’égalité des chances pour les nouvelles générations. Les différences de performances liées à la situation socio-économique des étudiants (résultats de l’enquête PISA 2015 de l’OCDE) sont comparativement importantes, et plus encore si ces jeunes sont issus d’un milieu immigré. Qui plus est, le pourcentage de jeunes sans emploi qui ne suivent ni études ni formation (les «NEET») reste stable à 11,9%. La segmentation du marché du travail est très nette et tend à s’aggraver pour les jeunes générations. Le taux de passage d’un emploi temporaire à un emploi permanent est peu élevé, et la capacité des dernières réformes de la législation du travail ainsi que de la réforme à venir du système d’allocations de chômage à résoudre ce problème reste à déterminer. La France possède un système de protection sociale efficace, notamment pour ce qui est de l’impact des transferts sociaux sur la réduction de la pauvreté et sur l’accès à des soins de santé de qualité. Les bonnes performances du système de santé sont corroborées par le faible taux de besoins de soins médicaux non couverts (1,2 %) et par le montant limité des dépenses directes déboursées par les patients. Le nouveau plan spécifique pour l’égal accès aux soins dans les territoires présenté en octobre 2017 a pour but de réduire progressivement les disparités géographiques, par exemple en promouvant le recrutement de personnel de santé dans les régions moins bien desservies, la création de nouvelles maisons médicales pluridisciplinaires et les services de télémédecine.