Motoski: quand la glace est trop fine

C’est vraiment génial de découvrir les grands espaces ouverts du Canada en motoneige. Ce qui s’est réellement passé est en fait un terrible incident. Les forces de l’ordre canadiennes recherchent cinq touristes français qui ont refusé par la glace sur des motoneiges lors d’une aventure dans le nord du Québec, alors que les autorités provinciales s’engageaient à resserrer les mesures de sécurité sur l’utilisation des véhicules tranquilles. Après une nuit de navigation infructueuse de plus, l’effort pour en obtenir plusieurs a repris à l’aube dans une région à l’est du lac Saint-Jean près de la ville de Saint-Henri-de Taillon. Deux motoneiges semblables aux individus utilisés par le premier nombre de 8 visiteurs ainsi que leur guide canadien avaient été retrouvées mercredi vers le fond du lac Saint-Jean près du lieu de l’incident. Les chercheurs restent optimistes quant au fait que les voyageurs français ont pu trouver un abri avec une île tropicale ou peut-être un chalet mais n’ont pas pu se connecter, a indiqué le porte-parole de la police provinciale, Hugues Beaulieu. « Il reste des détails spécifiques à vérifier », a-t-il expliqué. « Mais plus le temps passe, plus cela deviendra improbable. » Une troisième équipe de plongeurs, utilisant un petit sous-marin conçu avec un sonar, s’est jointe à la recherche au lever du soleil. Un grand nombre de policiers, garantis par deux hélicoptères, ont également été déployés dans la communauté, qui peut être à environ 225 km au nord de Québec. Les motoneiges se sont écrasées via des glaçons mardi soir à un endroit dangereux dans lequel le lac Saint-Jean se dirige vers une rivière. La région est loin des limites des motoneiges car les glaçons y sont plus fins. La police a déclaré que ceux-ci avaient été notifiés par deux des voyageurs qui avaient sauvé un tiers de l’eau potable. L’information périmée de 42 à 12 mois, Benoît L’Espérance, a été extraite par des équipes d’intervention d’urgence inattendues et amenée dans un établissement de santé, mais est décédée par la suite. Les trois voyageurs survivants ont été brièvement hospitalisés et traités pour la visibilité et la surprise. Les enquêteurs ne savent pas pourquoi le public a gardé les itinéraires autorisés pour tenter des « hors piste » à la tombée de la nuit, cependant, randonnée motoneige de nombreux spécialistes pensent qu’ils auraient pu chercher à prendre un raccourci vers leur destination. Les forces de l’ordre canadiennes n’ont pas dévoilé l’identité des motoneigistes disparus, mais la presse française a reconnu un particulier comme Gilles Claude, le papa de trois biathlètes du monde entier. « Il y a clairement eu un accident tragique au Canada concernant mon père », a expliqué Fabien Claude, l’un des fils, lors d’un entretien d’embauche sur la chaîne L’Equipe juste après avoir remporté une médaille de bronze lors de la Coupe du monde de biathlon d’hier en Slovénie. « Ce podium est parfait pour lui, je suis sûr qu’il est très fier de nous et que je suis très fier de certaines choses que j’ai faites aujourd’hui », a-t-il conseillé à L’Equipe en parlant à son frère Florent à ses côtés. Abasourdi par l’accident, le gouvernement provincial du Québec a déclaré qu’il aimerait rendre la formation nécessaire aux instructions et aux voyageurs qui utilisent des motoneiges. «Des leçons seront probablement découvertes et des mesures seront prises pour éviter ce genre de catastrophe à l’avenir», a mentionné la ministre des Vacances du Québec, Caroline Proulx. Mme Proulx a indiqué que le gouvernement « avait besoin » d’avoir « l’instruction des manuels pour les véhicules hors route et les voyageurs qui les emploient d’une entreprise obligatoire », a-t-elle déclaré, publiant des commentaires sur les actions prévues depuis plusieurs semaines. De plus, à compter d’hier, les entreprises de tourisme de nature et d’aventure de la province exigeront une certification de haute qualité et de sécurité afin d’être qualifiées pour l’aide financière de votre ministère des voyages et des loisirs. Le Québec, avec ses quelque 33 000 km de sentiers de randonnée désignés en cartes postales, est favorisé par les amateurs de motoneige, surtout les étrangers. Selon la Fédération des clubs de motoneige du Québec, le tourisme en motoneige produit plus de 3 milliards de dollars canadiens par année pour cette province et produit du travail pour plus de 14 000 personnes. Cependant, annuellement, une vingtaine de personnes meurent au Québec à la suite de mésaventures en motoneige.