Mieux assimiler la science des odeurs

La sensibilité aux odeurs varie au cours de la période quotidienne, selon de nouvelles recherches. Le modèle, selon les informations obtenues en recherchant 37 adolescents, des chansons avec le modèle interne de travail jour-nuit du corps, ou battement circadien. «Cette découverte est extrêmement importante pour la technologie de perception olfactive», déclare Rachel Herz, rédactrice principale de la recherche et professeure auxiliaire de psychiatrie et d’habitudes humaines à la Warren Alpert Health Care School de l’Université Dark Brown. « Cela n’avait pas été identifié auparavant et il s’agit essentiellement des premiers faits immédiats très clairs. » Comme l’un des 5 sentiments, l’arôme est vraiment une capacité, fait remarquer Herz, non seulement pour vivre et profiter de la communauté, mais en plus pour recevoir des détails sur le risque, par exemple près d’une cheminée ou des aliments en ruine, puis pour des caractéristiques simples comme manger. . Les variations de perception au cours de la journée peuvent avoir un impact sur toutes ces caractéristiques. Herz, un spécialiste de l’expérience des arômes, a fabriqué les résultats en collaboration avec l’expert du sommeil Mary Carskadon, professeur de psychiatrie et d’habitudes humaines. Carskadon mène une étude plus vaste avec une théorie selon laquelle le rythme circadien et les pratiques de sommeil la nuit peuvent avoir un impact sur les modes d’alimentation des adolescents, entraînant potentiellement des problèmes de poids. Le parfum est attribué à la consommation d’aliments, remarque Herz – qui a publié le prochain guide The Reasons You Try to eat Your Food Intake (WW Norton & Organization, 2017) – c’est pourquoi les chercheurs ont conçu un test pour déterminer si l’odeur varie ou non. avec flux circadien. Diviser les habitudes de sommeil Pour mener l’étude, ils ont demandé aux 21 jeunes hommes et 16 femmes, tous impliquant des tranches d’âge de 12 et 15 ans, de s’endormir sur un programme fixe pendant quatorze jours bien avant de confirmer pour le laboratoire du sommeil de l’établissement Bradley Medical. Après une nuit d’adaptation du laboratoire de recherche, les adolescents ont commencé par semaine de 28 à 60 minutes, jours et nuits, au cours de laquelle leur repos était décalé plusieurs fois plus tard chaque «nuit». Tous ensemble, ils vivaient dans la maison dans un éclairage tamisé, se mêlant et se livrant à des actions passionnantes les uns avec les autres et le personnel. Le but serait de les séparer à court terme des perturbations normales du sommeil et des signaux externes circadiens au bon moment. De cette manière, déclare Carskadon, leurs rythmes circadiens internes naturels pourraient être analysés, tout comme la conscience avec leur sensation d’odorat constamment dans leurs rythmes (en plus d’autres mesures, telles que l’alimentation). Ils ont mesuré le rythme circadien en détectant les niveaux de mélatonine, l’hormone corporelle de sommeil, parfum Paris dans leur salive. La libération de mélatonine commencera environ une heure avant le besoin de dormir. Les chercheurs ont évalué le niveau de sensibilité des arômes à l’aide de «Sniffin’ Sticks », une analyse standard pour déterminer les seuils de diagnostic des odeurs. Chaque fois qu’ils appliquaient les bâtons, ils pouvaient déterminer la puissance limite de la puanteur que les adolescents pouvaient trouver. L’arôme a été examiné toutes les 3 heures pendant que les adolescents étaient alertes. Temps de pointe de l’odorat Les individus variaient considérablement dans la mesure où leur sensibilité aux odeurs différait au cours d’une période circadienne et aussi à chaque fois qu’elle atteignait un sommet. Mais il y avait des designs cristallins individuellement et dans l’ensemble. L’une d’entre elles était que cette variance prouvait un flux circadien, et l’autre était que la sensibilité aux odeurs n’était jamais plus efficace pendant la «nuit biologique», ou la période de temps bien peu après le début de la mélatonine lorsque les individus sont le plus susceptibles d’être en lit et minimum probablement avoir. Dans des conditions d’horloge, il est d’environ 3 à 9 heures du matin. « Nous avons donc maintenant 84 contrôles effectués sur chaque petit, et chacun a une phase circadienne qui lui est connectée », affirme Carskadon. « Il y a vraiment un battement sur cette page, et ce n’est pas lisse ou que vous sentez une odeur similaire tout le temps. Votre expérience des altérations des odeurs d’une manière prévisible, même si ce n’est pas la même chose pour tous les petits.  » Carskadon prétend que les découvertes devraient être notables aux cliniciens et aux chercheurs qui tentent d’évaluer l’expérience de l’odeur d’un patient. La recherche démontre que la sensibilité pourrait être intrinsèquement meilleure avec une visite en soirée que tôt le matin. Herz indique qu’il pourrait y avoir des implications pour la sécurité du foyer en même temps. Il y a dix ans, elle et Carskadon ont appris que le sens de l’arôme s’éteint pratiquement pendant le sommeil. Maintenant, il est prouvé que cette sensation d’odeur est relativement faible dans un quart de votre schéma circadien. Cela se concentre sur, affirme Herz, la valeur des capteurs de lumière audibles, puisque l’arôme peut être un très mauvais indicateur de ce danger, à tout le moins tôt le matin. En moyenne, le niveau maximum de sensibilité olfactive se situe au début de la nuit biologique, soit vers 21 heures pour les jeunes adultes. Herz déclare qu’elle ne pouvait que spéculer sur les raisons pour lesquelles la conscience des odeurs pourrait être maximale, généralement, dans la soirée retardée. D’un point de vue évolutif, cela peut être pour être sûr d’être la meilleure expérience de satiété à travers la conclusion cruciale du repas à l’heure, ce sera un moyen de faire grandir le désir d’accouplement, ou peut-être un moyen de vérifier les risques proches avant les draps jusqu’à la soirée. Pour chaque particulier, déclare-t-elle, comprendre quand dans la journée, sentir leur sensibilité peut éventuellement être maximale pourrait être une stratégie pour identifier le moment où les rencontres sensorielles pourraient être les plus agréables. Pour des problèmes de santé moins historiques, Carskadon affirme que plus d’informations provenant des expériences viennent vous aider à évaluer si les changements circadiens du soutien de la sensibilisation aux odeurs décident des choix alimentaires et des actions alimentaires chez les adolescents. «La sensation d’ajustement des arômes tout au long des 24 heures de la journée», affirme Carskadon. «Nous ne savons pas si cette différence aura un effet sur ce que les hommes et les femmes assumeront ou comment ils le feront. Il en existe beaucoup plus à l’avenir.»