Ces Russes au Moyen Orient

Yury Barmin, analyste pour le Moyen-Orient au Conseil des affaires internationales russes, un groupe de réflexion créé par le Kremlin, a déclaré que la Russie soutenait les efforts d’Assad pour reconquérir la région « cruciale » de Deir Ezzor afin de l’aider à financer son plan national de reconstruction et de réconciliation. les USA s’opposent. La Russie a signé en janvier un accord de « feuille de route » avec le gouvernement d’Assad afin de contribuer à la reconstruction du réseau électrique syrien. Le 13 février, le ministre de l’Énergie, Alexander Novak, a déclaré à la presse à Moscou que les entreprises russes étaient intéressées par des contrats pour aider à la rénovation des oléoducs et des puits de pétrole.  Le bilan de l’escarmouche, déjà environ cinq fois plus que les pertes officielles de la Russie en Syrie, augmente, selon un commandant mercenaire qui affirme que des dizaines de blessés sont toujours soignés dans des hôpitaux militaires à Saint-Pétersbourg et à Moscou. La plupart des personnes tuées et blessées étaient des Russes et des Ukrainiens, dont beaucoup étaient des vétérans du conflit séparatiste dans l’est de l’Ukraine, selon la même source. Alexandre Ionov, qui dirige un groupe financé par le Kremlin qui entretient des liens avec les séparatistes et qui a combattu aux côtés des forces pro-gouvernementales en Syrie.   Grigori Yavlinski, un homme politique de l’opposition russe de longue date qui a contribué à orienter les réformes démocratiques après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, a appelé les autorités à faire la lumière sur ce qui s’était passé. « S’il y a eu des morts massives de citoyens russes en Syrie, les autorités compétentes, y compris l’état-major des forces armées russes, ont le devoir d’informer le pays à ce sujet et de décider qui en assume la responsabilité », a déclaré Yavlinsky sur Twitter.